Accueil ::> Enseigner ::> Ressources pédagogiques ::> Classe inversée

Classe inversée

samedi 14 janvier 2017

La classe inversée donne lieu actuellement à de nombreuses expérimentations. Celles-ci sont toujours riches et ouvrent à de nouveaux champs. La réflexivité sur ces pratiques doit cependant accompagner ces nouvelles pratiques, en particulier pour un mode d’enseignement dont les principes et les résultats restent pour l’heure sujets à débat.

  • 1 - Témoignages de professeurs de l’académie de Caen.
    • Collèges d’Orbec, Domfront et Merville-Franceville
    • Lycées de Saint Pierre et Miquelon, Caen, L’Aigle, Coutances et Vire
  • 2 - Ressources, analyses et réflexions sur la classe inversée.

1-Témoignages de professeurs de l’académie de Caen.

En partant d’une expérience menée dans l’académie de Versailles.
Madame PETIT, a "testé pendant une année parisienne avec une classe de première plutôt travailleuse pour connaître les difficultés auxquelles on pouvait se heurter et quels avantages elle présentait, et cela a été très instructif". Vous trouverez son travail sur son site jardin des maths.
Madame PETIT enseigne actuellement au collège Lottin de Laval à Orbec.

Avec un site pour visualiser les vidéos de tous les postes du collège.
Au collège Sacré Coeur de Domfront, madame LEGRIX "travaille en classe inversée depuis 3 ans". Elle a d’abord donné des liens vidéos pour que les élèves voient le cours avant. L’année suivante, elle a créé un site "math Legrix pour visualiser facilement des vidéos capturées depuis tout poste du collège (Youtube est bloqué dans l’établissement). "Pour « vérifier » qui a bien visualisé les vidéos, je leur donne un cours à trous. Pour l’an prochain, j’ai l’intention d’ajouter des quiz à la suite des vidéos avec les résultats qui reviennent vers ma boite mail.
J’ai eu pas mal de retours positifs de la part des parents (cela leur permet de reprendre le cours avec leur enfant). Je gagne du temps de pratique, du temps pour faire des activités un peu différentes. La difficulté reste la même qu’en classe classique. Si un élève refuse de regarder les vidéos avant de venir en cours, il vient vierge de tout.
"

Compléter des fiches de cours à la maison.
Au collège Alfred Kastler de Merville-Franceville, monsieur LEMASSON a effectué de nombreuses tentatives dans le passé, avec des collègues d’autres disciplines. Cette année, en 5e et en 4e, les activités de découverte et les exercices en classe sont travaillés en classe par groupe. Les élèves doivent ensuite compléter des fiches de cours "à trous" à l’aide du livre à la maison.
"Les élèves les plus scolaires n’apprécient pas trop cette méthode, mais la plupart ont pris un rythme de travail plus soutenu que les années précédentes. Les élèves ayant de l’autonomie sont le plus en réussite, car il est bien évident que chaque élève avance à son rythme, ce qui est très agréable".

Quatre ans d’expérimentation pour moduler le concept de classe inversée.
Au lycée Emile Letournel de Saint Pierre et Miquelon, monsieur LAFITTE a fait évoluer l’organisation de son enseignement en classe de seconde. Les élèves visionnent en classe le vidéos réalisées par le professeur et mobilisent ce cours sur des exercices, puis prolonge ce travail "à la maison". Chacun avance à son rythme et est évalué "à partir du moment où la notion en cours est terminée et comprise". Monsieur LAFITTE observe des effets remarquables sur l’engagement des élèves dans les apprentissages, la gestion de l’hétérogénéité et le développement de la coopération et de l’autonomie.
Un article du site rend compte de ces quatre années d’expérimentations.

Des modalités d’organisation simples et efficaces.
Au lycée Lemonnier de Caen, madame JENVRIN "pratique en seconde et en terminale STIDD des épisodes de classes inversées" :

  1. L’enseignant choisit deux ou trois vidéos sur la chaîne vidéo math-et-tiques.
  2. Informés une semaine avant la séance de cours, les élèves visionnent la vidéo chez eux, recopient le tableau dans leur cahier de maths et résolvent un exemple analogue à celui de la vidéo.
  3. En classe, le travail est contrôlé dans le cahier, le résultat de l’exercice est donné sans explication pour un contrôle immédiat et l’activité est centrée sur les exercices avec une graduation plus rapide en difficulté.

"Tous les sujets ne se prêtent pas bien à ce fonctionnement. Ce qui a marché : le calcul algébrique, les statistiques, le calcul des dérivées, les rappels de première sur les suites géométriques pour lancer le cours de terminale...
Même si elle reconnaît des points faibles, "le ressenti des élèves est bon, à condition de ne pas en abuser".

La vidéo pour travailler une présentation orale.
Le prochain essai de madame JENVRIN sera un exposé par équipe (conférence d’élèves) pour faire travailler l’oral de façon authentique. Le travail sera fait à partir d’un fichier de données statistiques de pollution de l’air relevées à l’atelier automobile du lycée. Les étapes intermédiaires de leur préparation d’exposés sont des vidéos qu’ils réalisent en devoir maison. Son idée est de leur faire évaluer eux mêmes leur vidéo à l’aide d’une grille.
Ces expériences nourrissent son travail de formatrice académique sur le travail personnel et sur la pédagogie de projet.

Une classe inversée qui développer la coopération entre élèves.
Au lycée Napoléon de L’Aigle, monsieur CASTEL a proposé aux élèves regroupés par 8 de "s’approprier la démarche de résolution équations de degré 2 avec discriminant négatif" à l’aide de leur smartphone (ils n’ont pas souhaité utiliser de vidéos et ont préféré des sites dédiés). Le but de leur travail était de résoudre 8 exercices différents se ramenant à la résolution d’une équation de degré 2 (changement de variable, utilisation du conjugué, équation-quotient...). La séance suivante, un exercice de chaque groupe a été proposé à toute la classe, "chaque membre du groupe étant responsable d’une rangée pour aider et corriger leurs camarades".

Une organisation qui rend les élèves plus autonomes.
Au lycée Charles Lebrun de Coutances, monsieur FAU distribue des fiches de cours en classe en début de séquence (plus précisément de chaque sous-partie de séquence) et les dépose sur l’Espace Numérique de Travail de l’établissement.
Cette organisation du travail engage davantage les élèves, "un élève n’arrive pas le matin en disant : je n’ai rien compris à l’exercice, alors je ne l’ai pas fait", les rend plus autonome, "ils n’ont besoin de personne pour recopier, relire, apprendre du cours, cela limite l’effet parent/grande soeur/grand frère", et libère du temps pour des activités nécessitant la présence de l’enseignant, tâches complexes, exercices, recherche, jeux, algo...
Monsieur FAU envisage maintenant de trouver un moyen de faire présenter par les élèves des parties de cours en classe, en cours de séquence.

Ne plus faire copier le cours.
Au lycée Marie Curie de Vire, madame LEGOUPIL ne fait plus copier le cours aux élèves de TS. Un polycopié leur est distribué par chapitre, "on le lit ensemble, j’insiste sur les notions importantes et ensuite, on consacre le reste du temps à faire des exercices. Les élèves sont globalement très contents, de toute façon, ils ont du mal à copier le cours et à écouter les explications en même temps !". Le fait d’échanger les documents entre collègues permet de partager le travail.
Madame LEGOUPIL met en place cette organisation en BTS optique depuis 3 ans "car les niveaux entre les élèves sont très différents".

Une vidéo pour revoir une notion abordée deux mois plus tôt.
Au lycée Charles de Gaulle de Caen, madame SEILHEAN a expérimenté la "classe inversée" en 1re S.
Dans une programmation spiralée, la dérivation a été abordée en janvier en déterminant des nombres dérivés pour une fonction donnée et en un réel a donné. Le retour sur la notion en en mars a initié par la visualisation de la vidéo du site "Rayon mathématique de panpan 1663". Les élèves ont retrouvé l’introduction faite sur le nombre dérivé, les calculs effectués, mais non plus en un réel donné et pour toutes les fonctions usuelles. "Les élèves avaient globalement très bien compris et on a pu enchaîner sur les opérations sur les fonctions dérivables". Le professeur et les élèves ont aussi été critiques sur "le trop grand détail des calculs et les abus de notations".
De l’avis de l’enseignante, "il y a une mine ! Mais il y a des choix à faire .. De toute façon, il faut varier les supports, les activités..."

2-Ressources, analyses et réflexions sur la classe inversée.

Le portail national de ressources mathématiques d’Eduscol.
Des liens vers :

Sur le réséau Canopé des témoignages vidéo
Regards croisés sur ce qu’est la classe inversée.
Le Réseau Canopée a réalisé une vidéo lors de la semaine de la classe inversée en janvier 2016. Les mêmes questions ont été posées à différents enseignants de l’Académie de Rouen (lycée professionnel, lycée général, collège et élémentaire).
« Développer une pédagogie de l’implication ».
Témoignage d’élèves et de leur enseignant,professeur de sciences physiques, pratique la classe inversée avec sa classe de Terminale du Lycée La Colinière de Nantes.

Autres ressources.
Basé sur l’expérience de nombreux enseignants qui la pratiquent, le site « inversons la classe » a pour but de présenter la classe inversée et de fournir des ressources et des conseils à ceux qui souhaitent s’informer sur cette pratique

(Le site « Classe Inversé ») explique le concept de classe inversée à tous les professeurs "qui souhaitent avoir un réel impact auprès de leurs élèves et qui veulent connaitre les meilleures méthodes pour développer une ambiance de classe motivante et décontractée".

Enseigner avec TNT. Le site d’un professeur de chimie de Montréal (source du logo de l’article).

Réflexions sur la classe inversée.