Accueil ::> Etre connecté ::> L’enseignement de l’informatique.

L’enseignement de l’informatique.

mardi 22 décembre 2015, par Xavier GAUCHARD.

L’enseignement de l’informatique à l’école, au collège, au lycée et dans l’enseignement supérieur est en plein essor.

Dans la circulaire de rentrée 2015, n° 2015-085 du 3-6-2015 :
« Le déploiement généralisé des technologies numériques dans la société implique aussi l’acquisition par les élèves, dès l’école primaire, de nouvelles compétences. La connaissance des principes fondamentaux de l’informatique doit permettre à tous les élèves de mieux comprendre les enjeux d’un monde toujours plus connecté et d’en être des acteurs demain. Le développement d’une véritable culture numérique doit devenir un objectif de formation, afin de forger l’esprit critique des élèves. »

C’est un attendu du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
Dans le domaine « Les langages pour penser et communiquer », Comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques :
[L’élève] sait que des langages informatiques sont utilisés pour programmer des outils numériques et réaliser des traitements automatiques de données. Il connaît les principes de base de l’algorithmique et de la conception des programmes informatiques. Il les met en œuvre pour créer des applications simples.

La déclinaison du socle dans l’enseignement des mathématiques apparaît aux cycles 3 et 4.
Une initiation à la programmation sera faite au cycle 3 à partir de la rentrée 2016 :
Initiation à la programmation : Une initiation à la programmation est faite à l’occasion notamment d’activités de repérage ou de déplacement (programmer les déplacements d’un robot ou ceux d’un personnage sur un écran), ou d’activités géométriques (construction de figures simples ou de figures composées de figures simples).

Au cycle 4, une partie « Algorithmique et programmation » est introduite dans les nouveaux programmes qui seront mis en place à la rentrée 2016 :
Au cycle 4, les élèves s’initient à la programmation, en développant dans une démarche de projet quelques programmes simples, sans viser une connaissance experte et exhaustive d’un langage ou d’un logiciel particulier. En créant un programme, ils développent des méthodes de programmation, revisitent les notions de variables et de fonctions sous une forme différente, et s’entraînent au raisonnement.

Au lycée, apparaît l’enseignement d’exploration ICN en seconde, la spécialité SIN en STI2D, la spécialité SIG en STMG, l’enseignement de spécialité ISN en terminale S.

En classes préparatoires, il y a eu la création d’un enseignement d’informatique commun à toutes les séries (MPSI-PCSI-PTSI-BCPST-ECS-ECE-ECT-TSI-TPC-TB).
En filière ingénieur, c’est algorithmique et programmation en Python, ingénierie numérique (Python ou Scilab), bases de données (SQL)
Dès la session 2015, des épreuves spécifiques ont été mises en place aux concours des grandes écoles.

Depuis l’arrêté du 2 novembre 2015 modifiant l’arrêté du 19 avril 2013 fixant les modalités d’organisation du CAPES de mathématiques, il y dorénavant deux options : une option mathématiques et une option informatique.

La cohérence verticale de cet enseignement se construit (du cycle 3 à l’enseignement supérieur), tout en entretenant une cohérence horizontale par les connexions nombreuses avec les autres composantes du numérique, que sont l’EMI (éducation aux médias et à l’information - media and information literacy) et la maîtrise des outils et applications numériques (information and communications technology).